09/10/2011

OFF au Mont Aigoual

Mont Aigoual

Dernière grosse sortie dans ma préparation Templier, cette séance devait dépasser les 40km et les 2000m de dénivelé, ce qui devait être une longue sortie en solitaire s’est transformée en superbe aventure à deux avec ma chérie.

Préparation

image

La veille il a fallut préparer la sortie, autant sur le plus part des séances on peut improviser, autant sur 40km en montagne il faut préparer. Tout d’abord l’itinéraire, j’ai choisi le parcours à l’aide d’une carte IGN du Mont Aigoual et de Openrunner.

La préparation du parcours :

En taillant à la serpe le site m’annonce 37km pour 1800D+, je table donc sur 40km et 2000D+, il y en aura en réalité un peu plus.

La météo annonce des vents à 100km/h, une température de 1°C en haut de l’Aigoual pour une température ressentie de -5°C, bon ça va me changer des 30°C de la semaine dernière. J’en profite pour tester ma nouvelle veste Kalenji achetée pour les templiers, je ferais un test sur cette dernière dans un prochain article, la veste est imperméable et protège du froid.

Comme je pars au moins pour 6h, je prépare sandwich au pâté, babibel, barres, pâtes de fruit, compote et crème de marron pour ne pas manquer.

A deux c’est mieux

Virginie prépare quant à elle le marathon des Causses, elle doit faire une sortie de 27km avec 1200D+, elle n’est pas très rassurée à l’idée de partir seule dans la montagne et à peur de se perdre. En chemin vers l’Aigoual un peu de pression psychologique de sa part et nous voila maintenant 2 à nous aligner sur ce que l’on peut appeler un OFF. Je revois donc l’objectif, on part en rando course et Virginie devra ne pas forcer pour ménager son genoux.

Je suis ravis mais un peu inquiet quand même, car elle va faire plus pendant ce OFF que son objectif même si l’allure sera moins importante.

1000D+

Mont Aigoual

Nous partons de Vallerauge par le sentier des 4000 marches, on commence à bien connaitre ce chemin, Virginie n’est pas au mieux sur le début, c’est un vrai diesel au niveau du souffle, on alternera la 1ère partie du sentier avec des randonneurs que l’on dépassera et qui nous dépasserons.

La montée reste tout de même assez exigeante, 1250D+ sur 9km avec beaucoup de parties à plus de 15% mais les paysages sont magnifiques :

on croisera quelques moutons munis de cloches pendant la montée.

Mont Aigoual

Conditions extrêmes

Mont AigoualArrivés en haut les conditions changent complètement, les rafales de vent sont la, je sors donc la veste et le cuissard long car la température est glaciale. C’est vraiment étrange de se retrouver la, on a du mal à se parler tellement le vent souffle, il s’agit donc de ne pas trainer et redescendre au plus vite vers une autre vallée plus clémente.

Nos 2 trailers chaudement équipés

Nous arpentons alors le GR60 pour rejoindre Cabrillac, il n’y a que de la descente jusqu’au village, en chemin nous rencontrons un troupeau de vaches qui nous barre la route sur le GR, nous les contournons prudemment en marchant bien qu’elles aient l’air inoffensive, il y a des veaux avec elles il faut donc rester prudent :

La descente se fait ensuite à bonne allure, j’ai toujours mes salomons crossmax aux pieds, Virginie a des Hoka Mafate aux pieds, on a pas mal de choses à dire sur ces 2 modèles. Au fur et à mesure que nous descendons, le paysage change, les herbes rases laissent la place aux grands arbres.

image

Nous arrivons à Cabrillac après 6km de descente, nous pensions trouver un troquet histoire de nous réchauffer avec un thé mais non, il s’agit plus d’un hameaux que d’un village, tant pis nous continuons en autonomie totale.

Rando course

Mont Aigoual

Après une petite pause sandwich à coté du gite d’étape “le Refuge des Drailles”, nous repartons sur le GR66 direction Aire de Côte. Nous rencontrons de nouveau d’énormes vaches sur le sentier, cette fois impossible de passer, nous devons passer sous la clôture pour les éviter :

Mont AigoualIMG_20111008_130906

Nous alternons maintenant marche et course, le genoux de Virginie la lance un peu, le mode rando course activé, nous profitons un peu plus du paysage.

Ca grimpe de nouveau et nous attaquons une bosse de 200D+ jusqu’au col de l’Estrade, nous en sommes au 20ème km, théoriquement la moitié du parcours est faite. Après cette bosse c’est de nouveau la foret qui nous attend, l’autonome est bien la, les feuilles recouvrent les pierres et il faut être très vigilant pour ne pas tomber dans les nombreux pièges tendus.

Mont Aigoual

Sur la dernière partie de la montée vers Aire de côte j’en profite pour nous ravitailler en mures, c’est les dernières de la saison et elles sont excellentes.

imageimage

Voila nous quittons la Lozère et les Cevennes pour rejoindre le Gard, Virginie commence a vraiment avoir mal mais nous continuons, pas le choix, il faut bien rentrer.

Il est temps de sortir la carte

 

Mont Aigoual

Nous en sommes au 25ème kilomètre, il ne reste donc que 15km. Virginie pourrait couper pour renter et faire 3km de moins mais nous préférons rester ensemble c’est plus prudent. Nous suivons le GR6A jusqu’au col de l’Espinas, c’est de la route on repose un peu les articulations.

Nous empruntons un sentier technique pour rejoindre Faveyrolle, mon genoux gauche commence à tirer, c’est le muscle qui déclenche d’habitude ma périostite qui décide de tirer de l’autre coté, au moins je suis solidaire avec Virginie. On va finir ce OFF au mental.

Nous arrivons à Faveyrolle que je pense être Figayrolle : le moral en prend un coup lorsque l’on se rend compte de l’erreur de 5km sur la carte. Il faut d’abord rejoindre Roque Rouge et donc se retaper 300D+, ça commence à tirer, ça fait plus de 6 heures que nous sommes partis, on a dépassé les 2000D+.

Je commence à avoir un peu peur, nous n’avons pas de frontale et il nous reste 2h30 avant la tombée de la nuit. Il va donc ne pas falloir trainer et ne pas se tromper de chemin.

A Roque Rouge Virginie est à bout, je regarde si je peux la déposer sur une route proche pour revenir la chercher après mais il n’y a rien qui ne nous obligerai à faire un détour.

 IMG_20111008_162743

On garde la tête froide, nous étudions bien la carte avant de prendre le bon sentier car on a le choix entre 3 chemins. Nous prenons direction La Pieyre qui est proche de notre route mais qui ne correspond pas à Figayrolle. Le chemin est de nouveau assez technique.

Arrivé à Figayrolle c’est la délivrance, on sait maintenant qu’on ne passera pas la nuit dans la montagne.

Nous terminons tranquille notre course jusqu’à Vallerauge.

Bilan

Une expérience magnifique et partagée, je n’aurai jamais vécu cela si j’avais été tout seul. J’adore notre vie, pouvoir partager ce genre de moment est extraordinaire. Pour notre prochain OFF on prévoit les frontales et de quoi faire du feu Sourire.

Au total 44KM et 2200D+ en 9h15.

Le récit de ma chérie : http://verslinfinietodela.blogspot.com/2011/10/train-hard-win-easy-chronique-dune.html

La trace GPS :

 

Et en même temps que nous un autre OFF était fait par le taillefer trail team : le OFF du Massif des Mateysins

12 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Blogger Templates