30/09/2013

Saucony Peregrine 3 : le test

Saucony Peregrine 3 le test

ça faisait un moment que je devais écrire un test sur ces chaussures que j’ai achetée au mois d’avril. Saucony et moi c’est une histoire d’amour qui dure depuis 2010 c’est ma 4ème paire sur cette marque (Kinvara, Peregrine 1, hatorri). Ce que j’aime chez Saucony :

  • les chaussures ont un faible drop ( comprendre une pente talon pied réduite)
  • un poids léger (< 300g voir 150g pour les hatorri)
  • un prix raisonnable.

On ne change pas une équipe qui gagne

C’est la première fois depuis que j’écris que ce blog que je peux comparer deux modèles successif d’un même type de chaussure. La pérégrine 1 et la 3, les changements ne sont pas nombreux entre ces deux modèles pour preuve le dessin de la semelle est identique :

Saucony Peregrine 3 à gauche Saucony Peregrine 1 à droite

Du coup en enfilant ces chaussures je me sens en terrain connu, hormis l’esthétique qui change un peu, les couleurs sont bien plus flashie, c’est le confort de la chaussure qui a été améliorée et c’est sur des ultra qu’on apprécie ce genre de petit détail quand on passe les 100km. Attention tout de même je pense que cette chaussure est pour les trailers aguerris qui ont une bonne proprioception, je suis maintenant partisan du fait que ce soit le trailer qui doit contrôler ses appuis et non la chaussure. Ici il y a très peu de maintien latéral (ça m’a couté une cheville en 2011 mais ça m’a surtout servi de leçon maintenant je travaille beaucoup la proprioception et depuis mes chevilles ne sont plus prises en défaut sur la caillasse).

J’avoue que j’aime cette liberté du pieds, ici le drop n’est que de 4mm, il y a de place pour les orteils, la cheville n’est pas emprisonnée et on garde suffisamment de confort pour ne pas souffrir trop sur de longues distances.

Saucony peregrine 3

Le mesh est plus costaud sur le précédent modèle que j’avais trouée, il est respirant mais pas trop afin de garder un minimum les pieds au sec. L’eau s’évacue tout de même sans soucis lors des passages de rivière. Le laçage est moyen, j’ai tendance à devoir refaire mes lacets assez souvent.

Très bien partout

La pérégrine 3 s’en sort bien sur tout type de terrain, l’accroche est très bonne dans la caillasse, on se sent en confiance, le pare pierre est minime mais suffisant. Dans la boue la chaussure n’est pas prise en défaut non plus idem dans la neige où le tissu offre ce qu’il faut pour ne pas avoir les pieds rincés au bout de trois pas.

image

Sur un trail c’est le pieds, je les ai emmenées sur un trail court l’ardéchois et ses 38km ça s’est très bien passé, ainsi que sur un ultra XL l’ultra draille la encore pas de douleurs aux pieds elles ont très bien fait le job, j’avais eu mal aux avant pieds sur la CCC avec les fuji sensor qui ont une semelle avant pieds minuscule et j’avais souffert sur la fin, la c’est pas les pieds qui ont souffert mais les reste Sourire. Enfin si vos pieds croisent un peu de bitume, les peregrines ne vous en tiendrons pas rigueur, le faible drop, le poids de 280g.

C’est chaussure est loin de vous coller au sol et est très dynamique, on a envie d’aller vite avec sur les trails courts et la relance est toujours de mise.

Au final c’est pour moi une très bonne chaussure de trail, j’hésite souvent entre elle est mes salomon sense ultra mais je préfère quand même ses dernières car plus légères et plus fine mais moins solide et plus chère malheureusement.

Pérégrine 3 test

D’autres l’on testée

Julien : http://mangeurdecailloux.com/saucony-peregrine-3-en-test/

 

La Peregrine existe également en modèle femme et se trouve autour de 85€ chez i-run

5 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Blogger Templates